Dossier

UN PATRIMOINE GEOLOGIQUE PEU CONNU : LES GISEMENTS DE VERTEBRES FOSSILES BARTONIEN SUPERIEUR DU CASTRAIS
HISTORIQUE DES DECOUVERTES ET REVUE BIBLIOGRAPHIQUE

 

GISEMENTS DES "GRES ET CONGLOMERATS DE PUECH-AURIOL, DE LA PLAINE DE VENES ET DE LA BOULBENE".
AGE BARTONIEN SUPERIEUR (MP 16)

GISEMENTS DES ENVIRONS DE LAUTREC

 

Lautrec, Montespieu

Cet important gisement est découvert en 1868 au cours des travaux de la voie ferrée de Castres à Albi. Il se trouve à l’Est de Montespieu (Est de Lautrec), dans la tranchée même de l’ancien chemin de fer, dans un grès massif, à passées micro- conglomératiques. Les faunes recueillies par M. Zebrowski «  conducteur de ligne » sont  données à Noulet la même année, qui évoque le gisement dès 1870 (p. 333, pl. 1). Ses faunes, particulièrement riches et bien conservées, sont surtout figurées par Stehlin (1904a, pl. XI et pl. XII) d’après les spécimens conservés au musée de Toulouse.

L'ancienne voie ferrée Castres-Albi transformée en "Voie verte", à l'Est de Montespieu


Plusieurs espèces nouvelles de mammifères proviennent de ce site, qui revêt ainsi une importance patrimoniale majeure dans le Bartonien du Sud de la France.
La faune mammalogique conservée dans la collection Noulet du musée de Toulouse se compose de nombreuses espèces qui ont été successivement étudiées et/ou figurées par Stehlin (1904, 1905a et b, p. 313, 486, 524), Richard (1946, p. 52), Astre (1924, p. 198), Frantzen (1968), Sudre (1978) et Remy (1998, 2004, 2012). se compose d’un abondant matériel de l’espèce nouvelle Palaeotherium (Frantzenitherium) lautricense STEHLIN, Palaeotherium siderolithicum (PICTET et HUMBERT), Plagiolophus (Paloplotherium) annectens (OWEN) (= Plagiolophus cf. minor in Stehlin, 1904), Anchilophus (Paranchilophus) jeanteti REMY, Metanchilophus gaudini gaudini (PICTET & HUMBERT), Metanchilophus castrensis REMY, Leptolophus nouleti STEHLIN, 1904, Lophiotherium sp., Xiphodon castrense KOWALEVSKY, Choeropotamus lautricensis NOULET, Cebochoerus (C.) helveticus (PICTET et HUMBERT) et de fragments de chéloniens et de crocodiliens dont la partie antérieure d’un museau de Iberosuchus crassiproratus (= Pristichampsus rollinati, Astre, 1931, p. 50).
La collection Filhol (muséum de Paris) renferme également un crâne et quelques dents de Palaeotherium lautricense NOULET, vraisemblablement donnés par Caraven-Cachin, qui explore les gisements de Lautrec dans les années 1878-80.
Les fouilles de D. Vidalenc sont à l'origine de la description, en 1979, du créodonte nouveau Cynohyaenodon lautrisensis par B. Langé-Badré.

Une exploration plus récente du gisement (Sige, Sudre, Marandat, 1995 in Astruc et al., 2003) permet de compléter la faune de Montespieu, en particulier avec de nombreuses dents de rongeurs, jusqu'à ce jour non connues dans les sables du Castrais : Paratherium sp., Saturninia sp., cf. Necrolemur sp., Suevoscurius sp., Pseudoltinomys sp., Gliravus sp., Cebochoerus robiacensis, Tapirulus cf. schlosseri, Pseudamphimeryx sp., Robiacina minuta (Collection Université de Montpellier 2).
Comte et al. (2012) ajoutent Glamys robiacensis, Pseudoltinomys sp. aff. mamertensis, Remys minimus, Sciuroides sp., ? Treposciurus sp.et aff. Paradelomys sp. à la faune des rongeurs de Montespieu.
Cette association comporte plusieurs espèces communes avec celle du gisement typique de Robiac. Elle conforte son âge Bartonien supérieur, à un niveau équivalent à MP 16.

Des reste de Trionyx sont aussi présente dans les collections de Toulouse (n°2013.0.231).

Espèces nouvelles de ce gisement :

Palaeotherium (Frantzenitherium) lautricense
(STEHLIN, 1904a), p. 454, fig. 1-2,  Pl IX, fig. 8, 9, 11.
(musée de Toulouse : n° 2003.9 ; 2010.0.39, 51, 55 ; 2006.0.54 ; 2013.0.232.1, 232.2-31 ; 233, 235)
Choeropotamus lautricensis
NOULET, 1870, Pl. 1, fig. 1-3.
Cynohyaenodon lautricensis LANGE-BADRE, 1979, p. 472, fig. 1-2, Pl. 1.

Crâne du Palaeotherium (Frantzenitherium) lautricense de Montespieu (coll. Noulet) figuré par Remy, 1992, pl. 14 et 15

Espèces figurées de ce gisement (toutes sont conservées dans la collection Noulet, Musée de Toulouse) :
Metanchilophus castrensis REMY, 2012 (= Anchilophus sp. "petite espèce" : Stehlin, 1904, pl. XI, fig. l, la ; 1905b, p. 527 et Anchilophus sp. "grande espèce" : Stehlin, 1904, pl. XI, fig. 3) (n° 2010.0.10)
Leptolophus nouleti STEHLIN, 1904 : Remy, 1998, pl. 3, fig. 2. (n° 2012.0.40)
Lophiotherium sp. : Stehlin, 1904, pl. XI, fig. 10 ; Stehlin, 1905b (n° 2010.0.56, 107)
Plagiolophus cf. minor (CUVIER) : Stehlin, 1904, pl. XII, fig. 3, 4, 4a, 11, 11a ; 1905, p. 313.(n° 2010.0.52, 53, 54)
Xiphodon castrense
KOWALEVSKY, 1874, p. 243 in Stehlin, 1904, pl. XII, fig. 5, 5a, 7, 8. (n° 2010.0.57, 58, 59)
Cebochoerus (Cebochoerus) helveticus (PICTET et HUMBERT) = "2ème Suidé de Castres", figuré par
Kowalewsky, 1883, pl. 8, fig. 64-65

Lautrec, La Millette

Ce gisement se situe encore dans la tranchée de la voie ferrée de Castres à Albi, 1 km à l'Est de Lautrec, à l’Ouest de La Millette, légèrement au nord de l’intersection avec la RD 30.
D’après M. Richard (1946, p. 53), la faune retrouvée dans la collection Noulet du Muséum de Toulouse, se compose de Palaeotherium (Frantzenitherium) lautricense, Lophiotherium sp., Plagiolophus cf. minor, Xiphodon castrense (n° 2010.0.60) et de Cebochoerus (Gervachoerus) campichii (PICTET).
Un "Plagiolophus annectens" (n° 2013.0.240) collecté par M. Jouannet figure également dans les collections de Toulouse.

Le gisement est le seul à avoir fourni l'incisive d’un « grand rongeur » (figurée par Stehlin, 1904, pl. XII, fig. 2) et des restes des carnassiers que Dépéret (1917, p. 187) nommera Hyaenodon nouleti (collection Noulet, Toulouse) et Quercygale angustidens FILHOL (collection Boyer, Muséum de Paris).
Le site est également cité par Kowalevsky (1874, p. 243), Stehlin (1903a, p. 209 ; 1905, p. 313, 486 ; 1910, p. 978), Dépéret (1917, p. 186, 187) et Sudre (1978).

Hoocker (1986) cite de la Millette le rongeur Plesiarctomys hurzeleri Wood,1970, vraisemblablement répertorié dans la collection Noulet sous la dénomination de Plesiarctomys gervaisii (n° 2010.0.61).

Affleurement des mêmes grès et microconglomérats le long de la RD 30, à l'Ouest de la Millette

Espèces nouvelles de ce gisement :

Hyaenodon nouleti DEPERET, 1917, p. 188 : deux fragments de mandibules.
Xiphodon castrense KOWALEWSKY : Stehlin, 1904, pl. XII, fig. 6.


La mandibule du Xiphodon castrense de la Millette. Stehlin, 1904a, pl. XII, fig. 6.
lectotype de l'espèce désigné par Sudre (1969).

Espèces figurées de ce gisement :

« Grand rongeur » : Stehlin, 1904, pl. XII, fig. 2.
Cebochoerus (Gervachoerus) campichii (PICTET, 1855-1857). Crâne en mauvais état, avec P2/M3 gauches et P2/M3 droites et mandibule avec DP/4 M/2, figuré par Sudre (1978, pl. 6, fig. 1)(ci-dessous), exemplaire provenant de la collection Fishes (don de M. de Rotschild), du Muséum d'Histoire naturelle de Paris, sous le n° de catalogue N.P. 10, où il est accompagné de la détermination Acotherulum ou de Cebochoerus lautricense NOULET. Dénomination qui n'a pourtant jamais été utilisée dans la littérature.
D’après Sudre (1978, p. 65), cet exemplaire est certainement le « 3e Suidé du Castrais » primitivement dénommé par Kowalewsky (1873), échantillon réétudié par Stehlin (1908) et dénommé alors Cebochoerus sp. L’espèce est en tous points identique à celle du gisement-type de Robiac (Sudre, 1978).



Cebochoerus (Gervachoerus) campichii : Crâne de la Millette figuré par Sudre, 1978, pl. 6, fig. 1.


Lautrec, La Bouriette

Les fossiles recueillis par Noulet proviendraient encore de la tranchée du chemin de fer, au voisinage de la ferme de la Bouriette,  mais ce gisement, non formellement localisé, est difficile à séparer de celui de La Millette. Le gisement est également signalé par Caraven-Cachin (1898, p. 279) qui ne fournit aucune précision complémentaire quand à sa localisation. Il pourrait correspondre à un affleurement de grès grossiers à laminations obliques très caractéristiques, observable au SE de la ferme, dans le talus de la RD 30.
D’après Stehlin (1904a, p. 463 et 1905 p. 313) et Richard (1946, p. 54), la faune de la collection Noulet (Muséum de Toulouse) se compose de quelques fragments de mandibules de Plagiolophus cf. minor. Ces fossiles y sont répertoriés sous le nom de Plagiolophus annectens (n° 2013.0.236).

Lautrec, La Maurianne

Plusieurs échantillons de la collection Noulet sont étiquetés « tranchée de la Maurianne ». Cette localité, au nom désuet, est appliquée, selon Astre (1931, p. 51), au « Pont de la Maurianne » qui franchit la voie ferrée de Castres à Albi, 100 m à l’Est de Montespieu.
Le faune de la collection Noulet (Muséum de Toulouse) se compose de Palaeotherium (Frantzitherium) lautricense (Richard, 1946, p. 54) (exemplaire collecté par M. Jean, retrouvé sous le n° 2013.0.241) et de Pristichampsus rollinati (Astre, 1931, p. 50).


Lautrec, Gare

La Gare de Lautrec, aujourd’hui disparue et remplacée par des hangards industriels, se trouve au lieu-dit Beauséjour, au niveau de l’intersection entre l’ancienne voie ferrée de Castres à Albi et la RD 83, 800 m au S-SE de Lautrec.
Au cours des travaux pour l’établissement de la voie ferrée, un certain nombre de fossiles ont été recueillis par Noulet, puis successivement examinés d’après ses collections par Stehlin (1904b, p. 208 ; 1905, p. 313, 486) et Richard (1946, p. 52). La faune se compose de Lophiotherium sp., Palaeotherium siderolithicum (= P. cf. curtum de Richard, 1946, p. 52) et Plagiolophus (Paloplotherium) annectens (= Plagiolophus cf. minor).

Au voisinage immédiat de la gare, d’anciennes carrières de sable utilisées pour les verreries de Carmaux, exploitées dans les années 1875-80, ont également livré de nombreux ossements bien conservés que Filhol a pu examiner (1878, p. 296) - « mon attention fut attirée par la présence, au milieu des couches sablonneuses, de débris osseux abondants, et les ouvriers que j'interrogeais m'apprirent qu'ils rencontraient assez fréquemmet des ossements bien conservés » - ou qui lui ont été montrées par Caraven-Cachin, à Castres. Des espèces que Filhol cite en 1878, ne subsistent plus, dans les collections du Muséum de Paris, que plusieurs mandibules de Xiphodon castrense, d’Adapis aff. parisiensis et d’Anchilophus sp. (Richard, 1946, p. 52 ; Sudre, 1969).

Lacroix (1896) nous donne quelques précisions sur le gisement "situé en face de la gare de Lautrec, à la base d'un banc de grès, naguère exploité par la verrerie de Carmaux, à l'altitude 250 m". Il aurait, selon l'auteur, fourni de nombreux fossiles remis "en grande partie au directeur de cette verrerie, d'après les dires du propriétaire de la carrière". Deux molaires de Cebochoerus sont dessinées dans sa "Géologie du Tarn" (1896, p. 25, fig. 56).

La collection Caraven-Cachin du Musée d'Albi renferme un très important matériel provenant vraisemblablement de ce site qu'il avait trouvé ou qui lui avaient été « communiqués par M. Moffre ». Une des étiquettes porte la mention "1883", ce qui témoigne d'une récolte assez tardive (cette faune lui a t-elle été livrée directement par le dit directeur de la verrerie ou par l'Ingénieur Lacroix ?).
Elle renferme, notamment, de nombreux fragments de mandibules, assez bien conservés, matériel partiellement énuméré en 1898 (p. 298) qui comporte d'après son auteur : Palaeotherium divers, Anchilophus desmaresti, A. radegundensis, Paloplotherium annectens, Acotherulum saturninum, Cebochoerus minor, dents de Hyaenodonet plusieurs fragments de maxillaire d'"Adapis parisiensis" dont plusieurs échantillons ont pu être examinés par Stehlin qui identifiera à :
- Lophiotherium sp. fragment de maxillaire avec M3-P1, P1.
- Adapis cf. parisiensis cinq fragments de mandibules avec M3-P1 et l'alvéole de P2 ; M3-M2 ; M3-M1 ; M3-P1 ; M1P1 " et confirme leur apparetenance à une "mutation bartonienne" de l'Adapis parisiensis du Ludien supérieur(Stehlin, 1912, p. 1273). L'une est figurée Fig. CCLXXXV.
- Cebochoerus sp., plusieurs fragments de mandibules avec M3-M1, M3-P2, M3-M1, assimilables au "2ème suidé de Castres" de Kovalewsky (Stehlin, 1905, p. 744).
- Cebochoerus sp. proche de Cebochoerus minor deux fragments de mandibules avec M3-M1 et M3-P2 assimilable au "3ème suidé de Castres" de Kovalewsky (Stehlin, 1905, p. 745).

Emplacement supposé de la carrière de sable de la Gare de Lautrec (photo Février, 2012)

Du nouveau sur le site présumé de la carrière de sable de la Gare de Lautrec (ajout Mai, 2013)
(activer le lien)

Bien que l'on sache avec certitude que, successivement, Stehlin, Roman, Astre et Frantzen aient visité la collection du musée d'Albi, ce matériel n'a fait l'objet que d'observations ponctuelles et aucune révision d'ensemble n'est à ce jour (Juin 2014) effectué.

Espèce figurée de ce gisement :

 

Adapis cf. parisiensis
Stehlin, 1912, p. 1273, fig. CCLXXXV
Collection Caraven-Cachin
Musée d'Albi

"2ème Suidé de Castres", figuré par
Kowalewsky, 1883, pl. 8, fig. 64-65

Deux échantillons de la collection Caraven-Cachin (Albi) de Lautrec sont assimilables au " 2ème Suidé du Castrais" de Kowalewsky (1883, pl. 8, fig. 64-65).
Cette forme est interprétée par Stehlin (1908, p. 744) et Dépéret (1917, p. 112) comme une forme ancestrale de Cebochoerus minor-lacustris.

Pour Sudre (1978, p. 73), cette espèce ne peut être que le Cebochoerus (Cebochoerus) helveticus (PICTET et HUMBERT).

 


Lautrec, « propriété Caussé »

Site non retrouvé sur les cartes au 1/25 0000. Le gisement est évoqué par Stehlin (1903, p. 95 et 1904, p. 446) qui y signale des ossements de Lophiodon lautricense. Richard « n'a pu retrouver l'emplacement exact de cette propriété qui doit se trouver aux environs immédiats de la ville (Lautrec) ».
La faune retrouvée par cet auteur (1946, p. 51), dans les collections du Muséum de Toulouse se compose de Lophiodon lautricense et de Palaeotherium (Frantzenitherium) lautricense.

Lautrec, Jauzion-Haut

Le « gisement de Jauzion » se situerait d’après Noulet (1863) sur la rive gauche du ruisseau de Bagas. Les données dont nous disposons ne nous ont pas permis de le localiser. Les deux lieux-dits, Janzions-Haut et Jauzions-Bas, sont situés à l’Est de Lautrec. Les grès affleurent bien sur les hauteurs nord de Jauzions-Bas, entre Mourédié et Cabrilles (photo ci-dessous) et en contrebas de Jauzions-Haut (rive droite du Bagas).
Lophiodon lautricense y est cité par Noulet (1867, p. 177), possiblement l'exemplaire provenant de Jauzion-Bas, donné par M. Jean, figurant sous le n° 2013.0.227 dans sa collection de Toulouse. Avec ce fossile, Noulet signale les restes de la tortue Allaeochelys parayrei.

D’après Filhol (1888, p. 128), Stehlin (1903, 1904) et Richard (1946, p. 54), la faune de mammifère de la collection Noulet se composerait de Palaeotherium (Frantzenitherium) lautricense et de Plagiolophus cartailhaci.



Peyregoux

Le gisement de Peyregoux, situé « sur la propriété de M. Combeguille », reste à ce jour non repéré. Il est signalé pour la première fois en 1898 par Caraven-Cachin (p. 289), mais était connu de Noulet, comme en témoignent les nombreux fossiles dont disposent les collections du Muséum de Toulouse.

On doit à Stehlin leur premier inventaire (1904, 1905a, p. 291, 313) et la description d’une espèce nouvelle Plagiolophus cartailhaci (Stehlin, 1904).

D’après les inventaires de Stehlin (1904, 1905a, b), Richard (1946, p. 60) et Frantzen (1968), la faune de la collection Noulet du Toulouse se compose en outre de Palaeotherium castrense (seul retrouvé sous le n° 2013.0.249), Palaeotherium pomeli et de  Plagiolophus (Paloplotherium) annectens (= Plagiolophus cf. minor in Stehlin, 1904) (dont un échantillon est conservé à la Faculté des Sciences de Lyon d’après Richard, p. 60).

Espèce nouvelle de ce gisement :

Plagiolophus cartailhaci STEHLIN, 1904, p. 461, pl. XII, fig. 1,1 a : un fragment de museau de la collection Noulet (photo ci-contre).


Un chenal gréseux recoupé par la RD à l'Ouest de Peyregoux.

 

suite. Gisements des environs de Réalmont