Biographies

Abel-Félix PERRIER, entomologiste (Driolles 1861 – St Hippolyte-du-Fort 1938)


Jean Olier le décrit comme suit : “ C’était un homme de taille menue, à la face colorée, encadrée d’une chevelure et d’une courte barbe blanches. Il s’en allait dans les rues d’Albi, constamment solitaire, d’un pas alerte, toujours muni d’un parapluie et d’une baguette ” (instruments lui servant à la récolte des insectes).

Orphelin de mère, il est confié à un orphelinat de Castres à l’âge de 5 ans. En 1878, il entre à l’Ecole normale de Montauban est nommé en juin 1883 Commis d’inspection académique à Albi, poste qu’il occupera pendant plus de trente ans, jusqu’à sa retraite en avril 1922.

D’abord passionné de botanique, il s’adonne rapidement à la seule entomologie. Dès que la météo le permettait, il parcourait les environs d’Albi avec parapluie et filet. Les vacances, et plus tard la retraite, lui permirent de parcourir la France entière à la recherche d’Hémiptères.
Autodidacte, à 50 ans il apprend seul le latin et l’allemand afin de comprendre les descriptions systématiques et correspondre avec les hémiptéristes de l’Europe centrale.

Fin chasseur, il rassemblera une importante collection de Coléoptères qu’il léguera au Lycée Lapérouse en juillet 1927 (cette collection qui rassemble 29 boîtes y était conservée jusqu’en 2006, avant d’être donnée au Musée d’Histoire naturelle de Toulouse). Après quoi il s’adonnera à l’étude des Hémiptères et réalisera même un catalogue inédit des Hémiptères de France (ouvrage qui reste inédit) ainsi qu’une importante collection. Cette dernière est donnée en 1937 à l’Ecole professionnelle des garçons d’Albi, aujourd’hui Lycée Louis Rascol, alors que le manuscrit du catalogue était remis à son ami Jean Olier (il est aujourd’hui conservé au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, alors qu’il ne reste de la collection, que le meuble l’ayant contenu !).
Ce catalogue dresse l’inventaire complet et précis des hémiptères français et mériterait, même s’il est sûrement aujourd’hui dépassé, d’être sortie de l’ombre.
Il ne publiera pas, mais ses récoltes de coléoptères seront communiquées à L. Gavoy qui les incorporera dans ses “ Contributions à la Faune Entomologique du Tarn (Coléoptères) ”.
Il ne quittera Albi que quelques jours avant sa mort qui survient le 22 janvier 1938 à Saint-Hyppolyte-du-Fort.

Jean Olier, après avoir compare ses travaux à ceux du célèbre entomologiste Jean-Henri Fabre, dira de lui : “ D’Abel Perrier qui fut un vrai entomologiste et qui a laissé une œuvre, il risque de ne rester que cette brève note que dicta l’amitié ” (Revue du Tarn, 1939).

LV

Pour en savoir plus : Un entomologiste albigeois A. PERRIER (1861-1938), par J. OLIER, Revue du Tarn, 1939, p. 69-71.