Biographies

Michel DURAND-DELGA, géologue (Gaillac, 1923 - Fontainebleau 2012)


Michel Durand Delga, né le 18 mai 1923 à Gaillac (Tarn), élu membre Correspondant de l'Académie des sciences le 3 mars 1980 dans la section des Sciences de l'univers, est décédé à Fontainebleau le 19 août 2012.

Ses études de licence à Toulouse sont interrompues en 1943, lorsqu'il part par l'Espagne comme "engagé volontaire" aux combats pour la libération de notre pays (1943-1945). Il est titulaire de la Croix de Guerre 1940-1945 au titre de son engagement et de sa participation aux Campagnes de France, d'Allemagne et d'Autriche (1944-1945).

Préparateur au Collège de France, puis Chef de Travaux à l'Institut National Agronomique, il réalise une "Étude géologique de la chaîne numidique" soutenue en doctorat ès sciences en 1955.

Nommé Maître de conférences (1958), puis Professeur au Laboratoire de géologie générale de la Faculté des sciences de Paris puis à l'Université Paris VI (1963-1972), il dirige ensuite le Laboratoire de géologie méditerranéenne de l'Université Paul Sabatier à Toulouse (1972-1985) et y devient professeur émérite en 1986.

Michel Durand Delga s'est consacré à l'étude des chaînes alpines autour de la Méditerranée occidentale : Corbières, Algérie, Cordillères bétiques des Baléares à Cadix, Arc de Gibraltar, Rif marocain, Corse.
Il a défini la Chaîne des Maghrébides courant sur 3000 km, du Rif à la Calabre, à la suture entre les plaques Afrique et Europe, souligné la position tectonique complexe de l'Arc de Gibraltar. Les relations et mouvements entre Europe, Afrique, Ibérie, bloc corso-sarde sont argumentées par des études cartographiques, stratigraphiques, sédimentologiques, et tectoniques, conduites sous sa direction par de nombreux élèves qui y préparèrent leur thèse.

À la mort de son maître, c’est lui qui coordonna les deux tomes du Livre à la mémoire de Paul Fallot (1960-1963). Il dirigea ensuite la rédaction du Guide géologique régional sur la Corse (1978).

Il est membre de plusieurs Académies européennes, récipiendaire de nombreux prix et distinctions, ancien Président de la Société géologique de France.

Depuis 1990, il a ajouté à son activité géologique des travaux sur l'histoire de la géologie par l'étude des parcours d'éminentes personnalités internationales.
En témoignent un dossier très important sur L’affaire Deprat (1990), un ouvrage écrit en collaboration, consacré à Jules Marcou précurseur français de la géologie nord-américaine (2002), ainsi qu’un "Marcel Bertrand, génie de la tectonique" (2010).


Il n'oubliera jamais son pays natal, dont il étudie la géologie dès 1958. En 1979, il met sa grande expérience au profit de l'étude du "très intra-cratonique" Massif de la Grésigne, dont il fournit une nouvelle interprétation de la tectonique. Le Tarn bénéficiera ensuite des travaux de thèse de nombre de ses élèves.

Très attaché à sa terre natale, qu'il retrouve régulièrement, nous l'avons tous rencontré à Florentin ou au Musée de Gaillac, auquel il avait fait don de nombreux ouvrages de géologie. Il entretiendra jusqu'au bout des relations très suivies avec tous ses anciens élèves tarnais.

Il accepte, lors de sa création, d'être membre d'honneur de l'ASNAT. Il permet l'édition, sur les "pages géologie" du présent site internet, un très important dossier résumant la Géologie du département du Tarn : les grands domaines, les évènements géologiques, les naturalistes qui l'ont contruite. Ce texte, support de plusieurs conférences données à Albi, est la version augmentée d’un article qu'il publie dans la Revue du Tarn (été 2004, n° 194).

P.F. et René Blanchet de l'Institut de France